In memoriam an Roger de Diesbach

“Lieu de tendresse”
texte écrit lors du Festival de Soupes 2005

Leurs impressions sur le Festival

Lieu de tendresse

Festival des soupes et du vin chaud, un coin de chaleur dans cet hiver trop froid, dans cette ville de Fribourg désertée pour les Fêtes. Les gens passent pourtant dans ce kiosque de la place Python transformé en abri: des habitués de La Tuile, certes, mais bien d’autres, petits et grands, de toutes conditions. Beaucoup apportent des cadeaux, des gâteaux qu’ils ont confectionnés, d’autres choses à partager. C’est ce partage qui est important, surtout pas la charité, ni la pitié.

C’est un festival de surprises, de gestes simples. Le Festival de Soupes, c’est tout simplement un lieu de tendresse. Il ne faudrait pas que cette solidarité vraie disparaisse avec les lumières de Noël. La Tuile en a besoin toute l’année.

Roger de Diesbach

Journaliste, La Liberté